Pour bien comprendre le fonctionnement global du cycle de l’eau sur les continents il faut raisonner par bassin versant.<br /><br />Il faut voir le bassin versant comme un ch&acirc;teau d’eau, ce ch&acirc;teau d’eau est aliment&eacute; par les pluies et les pluies contientales sont provoqu&eacute;es &agrave; 70% par l’&eacute;vapotranspiration. Les rivi&egrave;res sont le drainage naturel du bassin , comme 30% des pluies proviennent de la mer, si on ne veut pas que le bassin se vide les rivi&egrave;res ne doivent pas rejeter plus de 30% des pr&eacute;cipitations. Ce syst&egrave;me fonctionne bien quand le bassin versant est couvert de foret de feuillus parce que les arbres utilisent 70% des pr&eacute;cipitations pour alimenter le cycle (pas r&eacute;tention dans les sols) et ne laisse repartir &agrave; la mer que les 30% d’exc&egrave;s.<br /><br />Actuellement les rivi&egrave;res fran&ccedil;aises rejettent plus de 70% des pr&eacute;cipitations ce qui provoque des inondations et un ass&egrave;chement math&eacute;matique du bassin et des canicules puisque la v&eacute;g&eacute;tation n’aura pas suffisamment d’eau pour entretenir le cycle et &eacute;vacuer la chaleur.<br /><br />Les arbres assurent de fa&ccedil;on autonome (et depuis des millions d’ann&eacute;es) le bon fonctionnement du cycle de l’eau parce qu’ils assurent une &eacute;vaporation proportionnelle &agrave; la chaleur et donc r&eacute;gule parfaitement le climat. Plus il fait chaud plus la v&eacute;g&eacute;tation transpire, la quantit&eacute; de vapeur d’eau dans l’atmosph&egrave;re augmente et limite la puissance du rayonnement solaire qui arrive jusqu’au sol (effet parasol) . Quand la temp&eacute;rature baisse la quantit&eacute; de vapeur d’eau diminue (par condensation ) et les sols re&ccedil;oivent un peu plus d’&eacute;nergie solaire. Ce syst&egrave;me s’autor&eacute;gule tant qu’il y a de l’eau et donc de la v&eacute;g&eacute;tation dans les bassins versants. C’est pourquoi les zones temp&eacute;r&eacute;es de la plan&egrave;te sont couvertes d’eau ou de v&eacute;g&eacute;tation.<br /><br />Les forets de feuillus gardent 70% des pluies dans les sols gr&acirc;ce &agrave; la profondeur du syst&egrave;me racinaire des arbres mais surtout &agrave; la forte incorporation de biomasse dans les sols. un arbre a globalement le m&ecirc;me volume de bois au dessus du sol qu’en dessous, ce syst&egrave;me racinaire (comme les branches) se renouvelle en permanence, la biomasse cr&eacute;&eacute;e dans les sols par les racines mortes fait office &laquo; d’&eacute;ponge &raquo; qui servira &agrave; alimenter l’arbre. C’est un syst&egrave;me parfaitement autonome ou les sols s’enrichissent fortement m&ecirc;me si on exploite le bois en surface.[MOGED]<br /><br />Quand on dit que les sols agricoles se min&eacute;ralisent c’est qu’ils perdent leur biomasse et ils perdent leur biomasse parce qu’ils n’en fabriquent pas assez ! Sans biomasse les sols deviennent trop perm&eacute;ables, les eaux qui alimentent les nappes phr&eacute;atiques ne sont pas assez filtr&eacute;es et les cultures manquent rapidement d’eau. La p&eacute;riode id&eacute;ale pour faire de la biomasse (et donc de la photosynth&egrave;se) c’est l’&eacute;t&eacute; mais pour cela il faut de l’eau, comme en France on diminue les surfaces irrigu&eacute;es de 10% par an pour alimenter des villes qui ne recyclent pas l’eau on amplifie la d&eacute;sertification, on s’attaque s&eacute;rieusement &agrave; notre s&eacute;curit&eacute; alimentaire , on d&eacute;truit la biodiversit&eacute; (un sol sec c’est un sol mort) et on en arrive m&ecirc;me &agrave; d&eacute;r&eacute;gler le climat.<br /><br />En France, depuis 30 ans la pluviom&eacute;trie ne change pas mais c’est la r&eacute;partition annuelle des pluies qui se d&eacute;grade : fortes pr&eacute;cipitations l’hiver et s&eacute;cheresse l’&eacute;t&eacute;. On r&eacute;glera le probl&egrave;me en veillant &agrave; ce que les rivi&egrave;res ne rejettent pas plus que 30% des pr&eacute;cipitations , pour cela il faut faire des r&eacute;serves collinaires en t&ecirc;te de bassin pour capter les ruissellements de surface, r&eacute;guler le d&eacute;bit des rivi&egrave;res &agrave; partir de ses r&eacute;serves (ce qui limitera les inondations et les assecs) et recycler l’eau dans les sols (donc aucun rejet en rivi&egrave;re) et v&eacute;g&eacute;taliser au maximum. La suppression des retenues sur les cours d’eau provoquent des inondations et un ass&egrave;chement du bassin, les retenues cr&eacute;ent des zones humides qui maintiennent l’eau dans le bassin versant .
cyn in